CAC40 5 214 -0,2%  Dow 22 371 0,2%  EStoxx50 3 531 0,1%  Dollar 1,1998 0,4% 
SBF120 4 169 -0,2%  Nasdaq 6 461 0,1%  FTSE100 7 275 0,3%  Pétrol 55,2 -0,4% 
CAC M.60 14 181 -0,3%  S&P 500 2 507 0,1%  Nikkei 20 299 2,0%  Or 1 311 0,2% 

19/05/2017 08:23:07

Télécoms: les tarifs mobiles baissent et la fibre progresse (Arcep)


Paris (AFP): Les prix des services mobiles ont poursuivi leur baisse en 2016, tandis que les abonnements au tres haut debit ont continue a croître, selon l'observatoire annuel des marches francais...

des télécoms, publié vendredi par l'Autorité de régulation des télécoms (Arcep).

Selon cette étude, qui publie les principales données économiques du secteur, les prix des services mobiles ont continué à reculer, mais "désormais très modérément".

Les prix ont baissé de 1,6% en moyenne en 2016 - contre 4,9% en 2015 et 10,6% en 2014 - ce qui est dû "uniquement aux forfaits (-1,9%), tandis que les prix des cartes prépayées augmentent de 1,5%".

L'Arcep note également que "la migration vers le très haut débit est enclenchée". Ainsi, "depuis deux ans, seuls les accès internet en très haut débit progressent", avec une hausse de 1,2 million d'abonnements en un an, sur un total de 5,4 millions en 2016, dont 2,2 millions de foyers à la fibre optique jusqu'au domicile (FttH).

L'adoption de la 4G est par ailleurs "une tendance forte", avec près de 10 millions d'utilisateurs supplémentaires en un an (44% des cartes SIM), selon l'étude.

Du côté des opérateurs, leurs revenus déclinent "de manière continue depuis 2011", de 1,1% en 2016 à 35,7 milliards d'euros hors taxes, tant sur le marché fixe que mobile, observe encore l'Arcep, "mais moins que les années précédentes".

- 'Réveil de l'investissement' -

En revanche, le montant de leurs investissements a crû de 13,4%, atteignant 8,9 milliards d'euros en 2016, "un niveau jamais atteint depuis que cet indicateur est suivi par l'Arcep".

Le président de l'Arcep Sébastien Soriano s'est félicité "de ce réveil de l'investissement" lors d'une conférence de presse, tout en soulignant que "l'on part d'un secteur (qui était) un peu trop endormi", ce qui conduit encore aujourd'hui la France à des "classements catastrophiques" en terme de couverture.

L'Hexagone est ainsi à la 24ème place européenne en terme de couverture 4G, ce qui "n'est pas très glorieux", a insisté M. Soriano, appelant les opérateurs à "continuer" ces efforts d'investissement.

Dans le détail, la progression des investissements s'explique notamment par "l'accroissement des montants investis dans le déploiement des réseaux à très haut débit, fixes et mobiles", soit 3 milliards d'euros, (+25,1% en un an), alors que l'emploi direct dans le secteur a baissé (115.000 emplois fin 2016, en diminution de 3.100 sur un an), détaille le bilan de l'Arcep.

Enfin, sur le volet des zones peu denses, l'Arcep souligne dans une autre étude que les déploiements des opérateurs "progressent" au premier trimestre, notamment en matière de 4G, les opérateurs déclarant couvrir entre 80% et 89% de la population.

Revenant sur la couverture en fibre des zones moyennement denses, (dites AMII) qui fait l'objet d'un conflit entre Orange et SFR, Sébastien Soriano a indiqué qu'il y avait "un problème de transparence" sur ce que réalisent réellement les opérateurs en matière d'équipements, et que l'Arcep "avait commencé à récolter des données précises".

L'Arcep ne peut pas exercer son rôle de contrôle sur ce sujet car il s'agit d'"engagements pris entre les opérateurs et le gouvernement", a-t-il aussi indiqué.

En début de semaine, SFR --qui veut équiper plus de zones qu'initialement prévu-- a assigné Orange devant la justice pour obtenir gain de cause.

Ajouter une émission

Infos

  • Actualités des Actions
  • Tous les articles
pagehit