CAC40 5 214 -0,2%  Dow 22 371 0,2%  EStoxx50 3 531 0,1%  Dollar 1,1993 0,3% 
SBF120 4 169 -0,2%  Nasdaq 6 461 0,1%  FTSE100 7 275 0,3%  Pétrol 55,4 -0,1% 
CAC M.60 14 181 -0,3%  S&P 500 2 507 0,1%  Nikkei 20 299 2,0%  Or 1 311 0,2% 

20/03/2017 08:53:21

Corée Sud: la famille dirigeante du groupe Lotte devant la justice


Seoul (AFP): Un proces pour corruption et malversations financieres visant la famille dirigeante de Lotte, le cinquieme conglomerat sud-coreen, a debute lundi en Coree du Sud, où les exces des...

"chaebols" qui gouvernent l'économie sont de moins en moins tolérés.

Outre le président du géant du commerce Shin Dong-Bin, 61 ans, son père, le fondateur de Lotte, Shin Kyuk-Ho, 93 ans, et son frère aîné sont poursuivis, de même que sa soeur et la maîtresse de son père, de près de 40 ans sa cadette.

Shin Dong-Bin est accusé par le parquet d'avoir coûté au "chaebol" 175 milliards de wons (154 millions d'euros) en irrégularités, évasion fiscale et malversations financières diverses.

Il a aussi été inculpé de négligence pour avoir octroyé des contrats lucratifs ou versé des "salaires", à hauteur de millions de dollars, à des proches dont l'emploi était fictif selon l'accusation.

"Je suis désolé d'avoir provoqué de l'inquiétude. Je coopérerai sincèrement avec la justice", a promis M. Shin en arrivant lundi au tribunal.

Au total, le parquet reproche aux cinq membres de la famille Shin des malversations pour environ 280 milliards de wons.

Tous les prévenus ont plaidé non coupable des chefs qui leur sont reprochés.

Le patriarche Shin Kyuk-Ho est arrivé en chaise roulante mais a quitté l'audience au bout de 30 minutes pour raisons de santé.

C'était la première apparition publique de sa maîtresse, l'ancienne actrice et mannequin Seo Mi-Kyung, 57 ans, qui a passé des années à tenter d'éviter les médias.

Elle accusée d'avoir empoché des "salaires" conséquents sans avoir eu de rôle dans la direction du groupe.

Fondé à Tokyo en 1949, le conglomérat basé à Séoul compte des actifs estimés à environ 80 millions d'euros. Le groupe est présent dans le commerce (grands magasins, commerces hors taxes) mais aussi dans l'industrie agroalimentaire et l'hôtellerie en passant par les parcs de loisirs.

Cette affaire s'ajoute à une série d'autres qui ont visé les fameux "chaebols" sur lequel s'est fondé ces dernières décennies l'essor remarquable de l'économie sud-coréenne.

Mais ces groupes tentaculaires sont de plus en plus attaqués pour leur opacité.

Cette affaire est sans lien direct avec le retentissant scandale de corruption qui a également impliqué des conglomérats sud-coréens, dont Lotte, et qui vient d'aboutir à la destitution de la présidente Park Geun-Hye.

Le groupe a récemment fait l'actualité, car il a été contraint de fermer des dizaines de magasins en Chine dans un contexte de différend diplomatique provoqué par le déploiement en Corée du Sud du bouclier antimissiles américain THAAD.

Le géant de la vente au détail fait face à des appels au boycottage en Chine depuis qu'il a accepté de fournir un terrain à Séoul en vue du déploiement du système THAAD honni par Pékin.

Lotte avait en 2015 fait les gros titres en raison d'une bataille entre les deux fils du fondateur pour le contrôle du groupe, menée à coups d'attaques tant personnelles que publiques.

Cette querelle, qui s'était calmée lorsque le conseil d’administration avait pris partie pour Shin Dong-Bin, avait alimenté les critiques sur la gestion des "chaebols".

Le groupe avait fait en conséquence l'objet d'une attention particulière des autorités régulatrices et de la justice, et la famille régnante s'était retrouvée dans le viseur.

Ajouter une émission

Infos

  • Actualités des Actions
  • Tous les articles
pagehit