CAC40 5 267 -0,1%  Dow 20 941 -0,2%  EStoxx50 3 560 -0,1%  Dollar 1,0896 0,2% 
SBF120 4 179 -0,1%  Nasdaq 6 048 0,0%  FTSE100 7 204 -0,5%  Pétrol 51,7 0,0% 
CAC M.60 13 447 0,1%  S&P 500 2 384 -0,2%  Nikkei 19 197 -0,3%  Or 1 268 0,0% 

16/02/2017 09:56:55

Air France-KLM prudent, après des résultats en forte hausse


Paris (AFP): Le groupe Air France-KLM a annonce jeudi des benefices en forte hausse pour 2016 mais reste prudent dans ses perspectives, dans un environnement marque par de nombreuses incertitudes...

et une concurrence agressive.

Le bénéfice net s'est élevé à 792 millions d'euros, contre 118 millions en 2015, une envolée due à la vente fin 2016 de 49,99% des parts d'Air France-KLM dans sa filiale de restauration à bord Servair au suisse Gategroup (propriété du conglomérat HNA).

Cette vente avait été bouclée fin 2016, pour un montant de 270 millions.

Le résultat d'exploitation a atteint quant à lui 1,05 milliard d'euros, plus de deux fois et demi plus élevé qu'en 2015, qui avait été la première année bénéficiaire pour le groupe après une longue période de sept exercices dans le rouge.

"Si la baisse du prix du pétrole a nettement allégé les coûts du groupe, le contexte géopolitique, la concurrence et la surcapacité de l'industrie ont entraîné nos recettes à la baisse", a déclaré le PDG Jean-Marc Janaillac, cité dans un communiqué.

- Ecart entre KLM et Air France -

En 2016, la facture de carburant a baissé de près de 26% à 4,6 milliards d'euros, contribuant largement à des résultats ressortis selon la direction "en ligne avec les objectifs".

Le groupe franco-néerlandais, qui comprend également la filiale low cost Transavia, a transporté 93,4 millions de passagers en 2016, soit 4% de plus qu'en 2015. Le chiffre d'affaires a en revanche baissé de 3,3% à 24,8 milliards d'euros.

Pour la compagnie française Air France, le résultat d'exploitation a reculé à 372 millions d'euros, tandis que celui de la néerlandaise KLM a grimpé à 681 millions. En 2015, les deux compagnies affichaient des résultats comparables (426 millions pour Air France, 384 millions pour KLM).

Cet écart s'explique, selon la direction, par l'impact des attentats sur l'attractivité de la destination France, et les conséquences de deux grèves de personnel navigant d'Air France dont le coût total est estimé à 130 millions d'euros.

"Avec Trust Together, notre projet stratégique, nous sommes pleinement engagés pour reprendre l'offensive, renforcer notre capacité à innover et améliorer notre compétitivité", a ajouté le PDG, estimant que dans "un contexte économique et géopolitique qui demeure très incertain" et "une concurrence agressive, le statu quo n'est pas une option".

M. Janaillac, aux commandes du groupe depuis juillet, a annoncé en novembre un plan de croissance et de reconquête du trafic dont la clé de voûte est la création d'une nouvelle compagnie qui fonctionnerait à des coûts réduits, pour répondre à la concurrence des compagnies low cost, et regagner des parts de marché sur le long-courrier face aux transporteurs du Golfe.

- Début d'année résilient -

Ce projet de nouvelle compagnie -baptisé "Boost"- est soumis jusqu'au 24 février à l'approbation des syndicats.

Après une année difficile pour la destination France, le groupe note toutefois un début d'année "résilient".

"On observe que sur le début de l'année on a des évolutions de recette unitaire qui sont beaucoup moins négatives qu'en 2016", a indiqué le directeur financier du groupe Frédéric Gagey à des journalistes, faisant toutefois preuve d'une extrême prudence, compte tenu des incertitudes liées à l'environnement géopolitique et économique, des prix du carburant et de la situation de surcapacité du secteur.

Jusqu'en mai, les réservations "sont plutôt positivement orientées sur le réseau long courrier", a-t-il précisé, notant une amélioration sur les liaisons avec l'Asie -la clientèle asiatique avait été la plus fortement affectée par les conséquences des attentats en France- et l'Amérique latine.

Le groupe affiche pour 2017 un objectif de croissance de ses activités liées au transport aérien de 3% à 3,5%, mesurée en sièges kilomètre offerts (SKO), "afin de reprendre l'offensive sur le long-courrier et d'améliorer la performance sur le moyen-courrier", en visant une réduction des coûts unitaires supérieure à 1,5%.

Ajouter une émission

 

Infos

  • Actualités des Actions
  • Tous les articles
pagehit